Bien-être et santé

Mon alimentation a-t’elle un impact sur les douleurs menstruelles ?

Les règles douloureuses constituent un phénomène assez fréquent chez près de 80 % des femmes fécondes en âge de procréer. Jusqu’à présent, il n’existe aucun remède capable de stopper définitivement ces douleurs cycliques. Par ailleurs, certaines personnes affirment que les aliments consommés jouent un grand rôle dans la sévérité ou non des règles douloureuses. Afin de bien vous éclairer sur ce phénomène, il vous est présenté dans cet article toutes les informations relatives à l’impact de l’alimentation sur les douleurs menstruelles.

Quelle est la cause physiologique des douleurs menstruelles ?

Encore appelées dysménorrhée, les douleurs menstruelles sont des douleurs ressenties par certaines femmes avant ou pendant leurs menstrues (règles). Toutefois, pour connaître la cause de ce phénomène, il faut d’abord connaître le mécanisme de survenue des menstrues.

Lorsqu’il n’y a pas fécondation durant le cycle sexuel, la paroi de l’utérus destinée à porter un embryon est détruite. L’évacuation de cette muqueuse hors de l’utérus se fait par un écoulement sanguin qui dure environ cinq jours : ce sont les menstrues.

Cependant, pour que la destruction de la paroi utérine soit effective, il faut une contraction en continu du myomètre (muscle de l’utérus). Cette contraction est possible grâce à la production d’une hormone appelée « prostaglandine ». Chez certaines femmes, cette dernière est produite en grande quantité. Cela entraîne une contraction plus intense et plus violente du myomètre. C’est ce qui cause les règles douloureuses.

Par ailleurs, l’alimentation est l’un des facteurs qui influencent les douleurs menstruelles. La quantité et la nature des aliments consommés peuvent en effet accroître ou réduire l’intensité des contractions musculaires.

Quel est l’impact de l’alimentation sur les douleurs menstruelles ?

Plusieurs études ont prouvé que les douleurs menstruelles sont plus sévères lorsque les femmes adoptent certaines habitudes alimentaires. En effet, la consommation de collations trop gourmandes induit une réaction en chaîne qui à la fin provoque de violentes contractions du myomètre.

Le cas des sucres raffinés

Il est connu de tous que le sucre contribue à la production de l’insuline dans l’organisme. Cependant, lorsqu’il est consommé en grande quantité, il induit une surproduction d’insuline. Cela entraîne une production de prostaglandines pro-inflammatoires. Ces dernières sont réputées pour augmenter la contraction du muscle utérin. Il a par ailleurs été constaté que les sucres raffinés sont les plus grands inducteurs de prostaglandines pro-inflammatoires.

Le cas des aliments trop gras

En dehors des aliments trop sucrés, les aliments gras constituent la seconde source de production de prostaglandines pro-inflammatoires. Toutefois, il ne s’agit pas de tous les types d’aliments gras. Ici, il est surtout question des aliments riches en graisse saturée. Ces derniers peuvent être d’origine animale ou végétale (les acides gras trans).

Le cas du café

Le café contient de la caféine qui est un stimulant nerveux. Comme toutes les substances neurostimulantes, elle met son consommateur en état de vigilance. Cet état est perçu par l’organisme comme étant du stress qui est l’un des facteurs qui accentuent les douleurs menstruelles.

Le cas de l’alcool

Une étude a révélé que la consommation fréquente d’alcool prolonge la durée et l’intensité de la dysménorrhée. Elle augmente de près de 80 % le facteur de risque de douleurs menstruelles.

Quels aliments consommer/éviter pendant les règles douloureuses ?

Bien qu’il n’y ait pas jusqu’à ce jour de remèdes efficaces pour éliminer de façon définitive les douleurs menstruelles, il existe néanmoins quelques habitudes alimentaires salvatrices. Il faut les respecter avant et pendant les menstrues. Ainsi, les aliments qui augmentent les douleurs sont à éviter et celles qui les réduisent, sont à privilégier.

Les aliments à éviter

Dans la catégorie des sucres, il faut surtout éviter les sucres raffinés (contenus dans les sucreries et les biscuits). Tous les autres aliments sucrés doivent également être abandonnés ou consommés en très petites quantités durant la période menstruelle.

Il faut également éviter les margarines, les huiles végétales, la charcuterie et la viande rouge.

La consommation des aliments riches en caféine doit aussi être modérée. Il s’agit par exemple du café, du chocolat, du soda et des boissons énergisantes.

Les aliments à privilégier

Contrairement à la graisse saturée qui provoque la production de prostaglandines pro-inflammatoires, les Oméga-3 produisent des prostaglandines anti-inflammatoires. Ces dernières permettent de soulager les douleurs menstruelles. Il est donc recommandé de consommer des aliments riches en Oméga-3 pendant la période menstruelle. Les huiles et graines de lins et de chanvres contiennent des Oméga-3 d’origine végétale. Les poissons gras tels que la sardine, le saumon, le hareng… contiennent des Oméga-3 d’origine marine.

Toujours pour réduire des douleurs menstruelles, il faut privilégier les aliments riches en calcium. Des études ont montré que durant les règles, ils jouent un rôle important dans la réduction des douleurs et dans la gestion de l’humeur.

De plus, la consommation des aliments riches en magnésium comme : les céréales et les légumes réduisent également les douleurs.

Ainsi, à défaut de trouver un remède de guérison, contrôler son alimentation pendant les règles reste la meilleure solution pour avoir moins mal.

Vous savez désormais quels aliments éviter si vous avez des douleurs menstruelles, et si vous voulez en savoir plus sur comment les éviter, rendez-vous chez So Belle qui propose de nombreux conseils qui vous aideront au quotidien.